Ressources

Drapeau britannique
 

Les teen movies du monde

Image extraite du film "Daratt saison sèche"

En France, et plus largement dans le monde occidental aujourd’hui, lorsque l’on parle de teen movie on a en tête une image bien précise du genre. Une histoire s’articulant autour d’adolescents entre le lycée et l’université qui alternent entre soirées alcoolisées, cours et questions plus ou moins existentielles. Mais il est loin de se restreindre à cette vision étriquée.

 

Le genre du teen movie est surtout connu pour ses excentricités et son aspect comique ces dernières années. Cependant, il a beaucoup évolué. Des 400 coups à La folle journée de Ferris Bueller ou d’American Pie à Twilight, le traitement des problèmes liés à l’adolescence a bien changé. Passant du drame policier sérieux à la comédie typique des années 80 et de la comédie à l’humour potache au film romantico-fantastique.

 

Pour Gahité Fofana, le réalisateur de Un matin bonne heure présenté lors du Festival des 3 Continents dans la thématique Figures de l’adolescence, le film pour adolescent n’est pas forcément une comédie et il ne le conçoit pas comme ça. Bien qu’il n’adresse pas son film à un public particulier et qu’il soit sans frontière, le réalisateur pense que la Teenage Fan Club est ici un regard sur l’adolescence et donc les visions d’un adulte sur la jeune génération.

 

Le festival adresse tout de même la thématique à toutes les tranches d’âges et le montre bien avec la diffusion de Daratt, saison sèche dans l’Établissement Pénitentiaire pour Mineurs. Lettre à Momo est un autre exemple, dans l’inconscient collectif français les dessins animés sont destinés au jeune public, bien que ce ne soit pas toujours le cas, surtout au Japon où il est un moyen d’expression très commun et pour tous publics.

 

Il existe bien des exemples de teen movies en tant que drame, la trilogie Teenage Apocalyspe de Gregg Araki en est un, ou plus récemment Juno. Le teen movie des trois continents est loin d’être connu à l’intérieur de nos frontières. Une simple recherche sur internet permet de s’en rendre compte… les seuls « teen movies » d’Asie ou d’Afrique que vous trouverez ne sont certainement pas à destination d’un public mineur.

 

Paul Vassé

Share Post